Ateliers
    &Formations

        Nous avons essayé de “ranger”
          en quatre chapitres les différentes
            thématiques autour desquell es
            la compagnie mène ses ateliers
              avec le public depuis 1997 :
                 L’objet, L’ombre, L’eau, Le jardin.
                     Cliquez sur les vignettes
                         pour accéder à leur
                                       contenu.
                démarche
     que nous poursuivons
      depuis plusieurs spectacles,
    et qui est devenue une sorte de processus
     de création, presque une marque de fabrique,
         nous conduit à privilégier dans notre travail une
   forme d’écriture intuitive à base d’installations plastiques.
     Une sorte d’improvisation de matériaux et d’objets, aux-
  quels nous laissons libre cours et dont le pouvoir évocateur,
             la capacité de rêverie, ou de fantaisie, et la force poétique
                      deviennent les voies mêmes que nous empruntons pour
                                      inventer nos histoires et nos personnages. En ce sens,
                                                     il s’agit véritablement d’une écriture particulière,
                                                        aussi bien plastique que théâtrale, une démarche
                                                                                        artistique totalement affirmée.
                                                  Ainsi, dans
                                            nos spectacles,
                               le texte, l’histoire, le travail
                         de comédien, ne sont-ils pas du
             tout premiers. Nous considérons les mots
             comme des matériaux concrets, au même
           titre que le reste, les rebondissements
          et la continuité naissent au hasard des
             trouvailles et des accidents. L’écriture
                   et le jeu viennent en cours de route.
                                                     ...
                               ...
                              Nos spectacles
                              s’élaborent donc à partir
                              de rien (à proprement parler),
                              à la source d’une seule idée
                               - le monde, l’eau, le jardin-, et
                               d’une cueillette d’objets divers puis
                               de paroles. Au bout de tout ce processus
                            d’improvisations-écritures et d’installations-
                           répétitions, le spectacle sera un objet achevé,
                           stabilisé, mais qui gardera la mémoire de ses
                           ébauches, la trace de ses chemins de traverse.
                         Notre imaginaire ne consiste pas tant à inventer
                    des univers et des fictions qu’à chercher de nou-
                   velles manières de parcourir le monde, le quotidien,
                le banal, qu’à construire des prismes pour décomposer le
             réel et l’enrichir de visions décalées, poétiques et fantaisistes.
        Comme des arpenteurs ou d’incessants voyageurs, nous nous
        intéressons aux frontières, aux passages, aux liens que l’on peut
      tisser entre les choses, entre les songes, entre les gens.
   Les ateliers que nous menons dans les écoles ou avec d’autres
     publics obéissent aux mêmes règles : plutôt laboratoires de recher-
    che que pratique artistique, plutôt interrogations que réponses
        aux questions, plutôt partage que transmission. C’est en jetant
        des passerelles entre les mondes que nous avançons,
           et notre travail devient l’invention de ces passerelles.